Jean Jacques Werner (1943 – 2000)

Jean-Jacques Werner naquit le 9 Février de l’an 1943, à Auenheim.

A la fin de ses études secondaires au Lycée de Haguenau, devenu aujourd’hui Collège Foch, alors que ses camarades choisissent de poursuivre leur apprentissage dans de grandes écoles, ou en médecine, Jean-Jacques Werner, pourtant très bon élève, préfère tenter l’Institut National des Sciences Appliquées (INSA) à Lyon, nouvel établissement spécialisé dans les sciences appliquées.

Tout au long de sa vie, il fera des choix non conformistes, poursuivant sa volonté de changer le monde. Avec ses découvertes en génie électrique et en électronique plus tard, il va y contribuer fortement.

Un Alsacien en Amérique

En 1965, il obtenait son premier diplôme qui était une maitrise d’électronicien. Étant persuadé que les États-Unis seraient l’endroit idéal pour la recherche, et n’étant satisfait que par ce qu’il y a de mieux en toute chose, Jean-Jacques Werner obtient une bourse à l’Université de Laval au Québec, Canada. Là-bas il se voyait citoyen du monde, dans un continent neuf, où tout pouvait se faire. Pour lui, il fallait tisser un monde nouveau qu’il annonçait sous le nom du « Web », rien que cela !

Puis en 1969, il quitte le Québec, pour la ville de New York où il vécut son projet totalement, brillamment. D’abord à l’Université de Columbia, où il décroche en 1973, le « Ph.D. », ce Doctorat US qui est le sésame des têtes pensantes américaines.

Sa vie dans le Bronx, pendant ses études avancées, fut incroyable. Les choses se mettent vite en place pour lui : il entre au « Bell Lab », dans le New-Jersey, là où fut inventé le transistor. Toute sa carrière se déroulera alors dans et autour de ce laboratoire prestigieux rempli de prix Nobel et rassemblant ce qui se fait de mieux au monde en matière de communication par l’électronique. Faire en sorte que les ordinateurs puissent communiquer entre eux, était son grand projet.

Le Groupe de chercheurs auquel il appartenait, souleva des problèmes que jusqu’alors personne n’avait osé aborder, et fonda la base technologique du routeur d’accès à Internet, et inventa les modems. Pendant les années 80, le brillant ingénieur a déposé plus de 70 brevets. Puis au cours de la dernière décennie du XXème siècle, surtout en 1985, aidé de son équipe, Jean-Jacques Werner fut le pionnier de l’une des technologies de télécommunication des plus importantes, en créant ce que l’on connait à présent sous le nom de l’ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line – Ligne d’abonné numérique asymétrique) : une technique de communication numérique qui permet d’utiliser une ligne téléphonique, pour transmettre et recevoir des données de manière indépendante du service téléphonique conventionnel.

A la fin de sa vie, il dirigeait une équipe de chercheurs de très haut niveau chez « Lucent Technologies », émanation du « Bell Lab », toujours dans le New-Jersey.

Jean-Jacques Werner nous a quitté à l’âge de 57 ans, en Mars 2000. Il avait choisi d’être rapatrié dans son pays natal, en Alsace pour sa dernière demeure. Il repose au cimetière St Georges de Haguenau, près de ses parents et de sa sœur Denise, non loin de ce quartier de l’aérodrome où il avait passé sa jeunesse.

Jean-Jacques Werner était aussi un passionné de sport ( notamment de football ), un grand écrivain, et un artiste ! Il était également friand de politique internationale et de littérature. Il se montrait toujours optimiste et courageux !

Hommages

Jean-Jacques Werner était donc un individu doté de nombreux talents exceptionnels et un ingénieur ayant accumulé un répertoire énorme de réalisations.

Il a donc coulé de source que les élus d’Auenheim lui rendent hommage, en inaugurant le 1er Mars 2003, sur sa maison natale, située au 20 rue Principale, une plaque en mémoire de cet illustre enfant du village.

Plus récemment, c’est le Lycée Heinrich-Nessel de Haguenau, qui a rendu hommage au pionnier de l’ADSL, en rebaptisant son amphithéâtre A6 au nom de Jean-Jacques Werner, lors de son inauguration du 25 Janvier 2016, grâce à l’initiative de l’association « Haguenau, Terre de réussites ».

Une belle reconnaissance pour ce grand théoricien des transmissions de données à très haut débit !

Jean-Jacques Werner

Ici est né un pionnier de l’internet

Article des DNA du 05 mars 2003

L’un des pères de l’internet à haut débit, l’ADSL, est né à Auenheim. Une plaque à sa mémoire vient d’être dévoilée.

Auenheim inaugurait récemment sa place Henri-Loux (DNA de dimanche). Le célèbre peintre-illustrateur est en effet natif du village. Les élus d’Auenheim ont profité de la présence des invités pour dévoiler le même jour une plaque en mémoire d’un autre enfant du village, qui a apporté lui aussi une précieuse contribution, mais dans un autre domaine, très moderne s’il en est, puisqu’il s’agit de l’internet. Les élus, parmi lesquels le président du conseil général, et la foule se sont rendus devant la maison natale de Jean-Jacques Werner, 20 rue Principale. Né en 1943, Jean-Jacques Werner fit une brillante carrière d’ingénieur, qu’il accomplit en tant que chercheur dans la téléinformatique essentiellement aux Etats-Unis.

Le maire, Joseph Ludwig, le rappela dans son allocution. Après avoir obtenu un doctorat de sciences à l’université de Columbia, Jean-Jacques Werner déposa plus de 70 brevets d’invention. Il fut notamment, au sein d’une petite équipe, unpionnier de l’ADSL, cette technique de transmission des données internet à haut débit actuellement en cours d’installation dans la région.

Le maire Ludwig souligna que cet autre distingué enfant du village avait toujours gardé le contact avec sa famille et cette Alsace qu’il aimait. La dernière fois qu’il revint au village fut en 1989 à la mort de sa mère. Jean-Jacques Werner est décédé en mars 2000, à l’âge de 57 ans. Il est inhumé au cimetière Saint-Nicolas de Haguenau, près de ses parents et de sa soeur.

article DNA Jean Jacques Werner