Environnement – Les jeunes chênes prennent racine

En forêt, il ne faut pas toujours couper, il faut aussi replanter.
À Auenheim, 400 chênes ont ainsi été mis en terre.

L’aménagement forestier consiste à ne prélever que ce que produit la forêt. C’est un peu comme « un placement financier dont on retire les intérêts sans toucher au capital ».

Dans la parcelle 08 de la forêt communale d’Auenheim, des peupliers étaient arrivés à maturité et ont donc été exploités. Pour assurer la pérennité de la forêt, une des missions du forestier consiste à remplacer les bois prélevés soit par régénération naturelle, soit par le biais de plantations.

Un arbre symbolique
C’est cette dernière méthode qui a été retenue pour permettre d’augmenter la proportion de chênes dans la forêt.
Pourquoi du chêne ?
Le chêne pédonculé est l’arbre symbolique de la forêt du Rhin. Il reste cependant difficile de le régénérer à partir de glandées, du fait notamment de la densité du gibier et des gelées tardives qui détruisent les jeunes plants. Il n’est souvent planté que par les collectivités car il lui faudra deux cents ans pour arriver à maturité, ce qui rend l’investissement très peu attractif pour des propriétaires privés ! La plantation de chênes pédonculés dans la forêt est donc devenue un pari sur l’avenir.

Ainsi, quatre cents chênes ont été plantés par les agents communaux, Sandrine, Frédéric et Sébastien d’après les conseils et règles de François Schilling qui est également garde nature.

La forêt communale est régulièrement entretenue et fait partie de ce paysage incontournable, avec la Moder, mais également avec une diversité des plus varié, faune et flore au plaisir des promeneurs des villageois et autres amoureux de la nature.

Chênes